Communiqué de l’association Maintien du collège de Corlay, pour une ruralité vivante

Nous découvrons ce dimanche une publication facebook datée d’hier, samedi 23 septembre, annonçant la séance plénière du conseil départemental de lundi 25 septembre pour 10h30, et mettant en place un formulaire d’inscription préalable en ligne pour pouvoir accéder à l’espace public lors de cette séance. Après rapide recherche sur les sites de différents conseils départementaux, cela n’existe nulle part ailleurs.
Alors que le collectif de défense du collège appelait ses sympathisants à venir assister à cette séance publique pour 14h, une commission permanente étant prévue le matin, nous constatons une nouvelle fois les manœuvres de l’exécutif départemental pour empêcher la mobilisation citoyenne en faveur du collège de Corlay et restreindre l’exercice des libertés publiques.
Rappelons que pour la séance du 3 juillet, les grilles d’accès au conseil départemental avaient été fermées pour empêcher le public d’entrer à l’ouverture de la séance, et qu’il nous avait fallu accéder en trouvant des petites portes (l’accès public avait finalement été rétabli dans la matinée). Rappelons également que l’ordre du jour avait été modifié plusieurs fois en cours de journée, pour traiter le point concernant le collège en tout dernier, passé 19h, espérant ainsi épuiser le collectif présent depuis 7h30 le matin.
Ce lundi 25 septembre, l’exécutif du CD a donc prévu soit d’expédier la commission permanente en 1h30 puis d’enchaîner sans pause avec la session plénière à 10h30, avant l’heure d’arrivée des soutiens au collège, à moins qu’il ne soit prévu de démarrer bien après l’horaire indiqué, pour humilier et décourager celles et ceux qui se présenteraient pour 10h30.
Et bien plus grave, le recueil des données personnelles en vue de constituer un fichier des personnes (sans aucune mention RGPD dans le formulaire, que nous avons testé) apparaît comme un moyen d’intimidation des défenseurs du collège de Corlay. Après un premier test répondant « votre demande est prise en compte », les tentatives d’inscription de sympathisants du collège reçoivent toute « le nombre maximum de places est atteint ». Soit les assemblées du CD sont devenues plus recherchées qu’un concert de Beyonce, soit l’exécutif aura demandé encore une fois aux salariés de truster les places.
Nous dénonçons le fichage par le conseil départemental des opposants à la fermeture du collège Pier An Dall de Corlay, nous dénonçons les manœuvres antidémocratiques pour restreindre l’accès aux séances publiques du conseil départemental, nous dénonçons l’opacité et l’arbitraire dans l’utilisation des listes ainsi constituées.
Nous demandons que soit immédiatement abandonnée cette procédure antidémocratique.