Hier, jeudi 5 juillet, nous avons eu le plaisir d’apprendre que tous les 3ème de Corlay ont été reçu au DNB. C’est encore une fois un 100 % de réussite à l’examen, c’est encore une fois un résultat bien au-dessus des moyennes départementales et académique. Nous tenons à féliciter tous ces nouveaux diplômés, nous sommes fiers de notre collège et de nos collégiens.

Cinq d’entre eux seront l’année prochaine en seconde générale et technologique. Les autres iront en bac professionnel : paysagiste, bâtiment, conducteur de camion, agricole, petite enfance, informatique, vente, cuisine. Le conseil départemental ou l’éducation nationale ne manqueront pas de souligner là un manque d’ambition des élèves du à la taille du collège. Nous retournerons la question : l’éducation nationale dans ses discours officiels répète que l’enseignement professionnel n’est pas une voie de relégation, qu’elle le prouve en valorisant les élèves qui s’y engagent. Qu’elle mette des moyens pour permettre aux établissement en retard sur la moyenne d’orientation vers ces filières professionnelles d’atteindre le niveau du collège Pier An Dall.

Quand la majorité des lycéens restera confortablement à la maison, nos élèves passés par le collège Pier An Dall de Corlay seront, comme chaque année, presque tous à l’internat, aux quatre coins des Côtes d’Armor. Ils prouveront ainsi leur capacité à s’adapter à un environnement nouveau. Que ceux qui répètent à l’envie le retard d’« acquisition des compétences psycho-sociales » nécessaire à l’épanouissement au lycée et dans les études des élèves sortant des petits collèges s’interrogent.

Alors que nous fêtons une nouvelle fois la réussite de nos élèves, le conseil départemental des Côtes d’Armor, en étroite collaboration avec l’éducation nationale, casse un collège de proximité, inséré dans son territoire. Sans considération pour son importance comme élément constitutif de la vie sociale du pays de Corlay, de son attractivité et son dynamisme, ils dénigrent la qualité de l’enseignement reçu par les élèves, pour en justifier la fermeture. Nous élèves, parents, personnels, acteurs de la vie locale, sommes scandalisés par ces propos.

Nous réaffirmons notre refus catégorique de la fermeture du collège de Corlay, maillon essentiel de la vie locale et espace de réussite pour les élèves qui y sont scolarisés. Nous demandons au conseil départemental comme à l’éducation nationale d’assurer, ici comme ailleurs l’accès au service public d’éducation auquel notre territoire rural peut prétendre.