A Mesdames et Messieurs les conseillères et conseillers départementaux

Objet : Fermeture du collège Pier an Dall de Corlay

Mesdames, Messieurs,

Nous vous adressons ce courrier pour vous interpeller à propos de la situation dans laquelle se trouve le pays de Corlay depuis l’annonce le 23 mai dernier par le Président du Conseil Départemental, Monsieur Christian Coail, du projet de fermeture du collège Pier an Dall de Corlay. La brutalité de cette annonce a plongé l’ensemble de la population dans un état de sidération.

 Nous ne comprenons pas qu’une telle décision concernant le maintien d’un service public essentiel, situé en zone de revitalisation rurale ( ZRR), soit prise au sein d’un comité très restreint d’élus du département, sans concertation préalable avec l’ensemble des acteurs locaux : élus et représentants des collectivités territoriales, enseignants et personnels du collège, parents d’élèves, secteurs économiques locaux concernés, comme il est d’ailleurs stipulé dans l’article L211-2 du code de l’éducation .

Quels que soient nos positionnements politiques, nous sommes unanimement choqués par une telle vision de la démocratie.

Notre collège, situé au cœur du bourg, est un maillon essentiel de la vie économique et associative du pays de Corlay. Il est une forte source d’attractivité pour les familles qui choisissent de venir s’installer ici. Par ailleurs, ce collège de petite taille, dont l’indice de positionnement social (ISP) est le plus faible du département, joue un rôle social essentiel auprès d’un certain nombre de familles en précarité pour lesquelles le suivi rapproché et inclusif des équipes enseignantes est primordial. Ici nous scolarisons en classe ordinaire jusqu’en 3ème les élèves qui ailleurs sont orientés vers l’enseignement adapté ; bien sur leurs difficultés ne disparaissent pas miraculeusement, mais ils reçoivent ainsi un enseignement dans leur collège de secteur, au plus proche de chez eux, une attention particulière et un accompagnement véritablement personnalisé. De même un nombre non négligeable d’élèves poursuivent des études supérieures longues (médecine, droit, écoles d’ingénieur, sciences Po…) reflétant en même temps la capacité des équipes enseignantes à maintenir des ambitions fortes pour ses élèves. D’autres choisissent l’enseignement professionnel ou agricole, et nous les voyons jeunes adultes autonomes et insérés dans l’emploi, autre forme de réussite. Le dynamisme pédagogique se retrouve dans la participation régulière des classes à différents prix littéraires et scientifiques, avec en particulier le prix « coup de cœur du jury » remporté lors du concours national « chercheurs en acte » en 2020.  (En 2010 Pier an Dall avait déjà été reçu 1er de l’Académie de Rennes au prix Kangourou). Quand on nous parle insuffisance de l’offre pédagogique, nous répondons dynamisme pédagogique, suivi rapproché, inclusion et grande diversité des parcours professionnels des élèves. Bien sûr, un engagement plus volontaire de l’éducation nationale est nécessaire pour sécuriser et pérenniser les actions pédagogiques qui sont menées, et l’attractivité du collège public de Corlay, face à la débauche de moyens des collèges privés du secteur qui recrutent par un ramassage scolaire personnalisé et une communication tous azimut sur leurs options et voyages scolaires.

Malgré cette concurrence agressive de l’enseignement privé, les effectifs sont stables depuis des années. Ceux des écoles primaires du secteur sont en progression et nous constatons l’installation récente de nouvelles familles depuis le Covid et la récente tension dans le secteur immobilier. On nous parle étude démographique défavorable pour le secteur de Corlay. Ce n’est pas ce que nous constatons sur le terrain depuis ces 2 dernières années. Et malgré toute la rigueur scientifique dont nous savons les démographes de l’INSEE capables, comment dans un monde où chaque canicule, chaque évènement soudain vient rebattre les cartes de l’attractif et du répulsif, une étude d’aujourd’hui pourrait-elle refléter autre chose qu’une hypothèse fragile ?

Nous sommes intimement convaincus que la ruralité se situe à un tournant historique de son développement et nous vous demandons aujourd’hui de faire le pari d’un dynamisme nouveau pour les pôles ruraux, pas quelques-uns seulement, choisis sur on ne sait quels critères, mais pour tous. 

 Ne détruisez pas l’existant ; il est très rapide de mettre à mal tout notre équilibre local, il sera beaucoup plus difficile de le reconstruire.

Le 5 juin dernier, à l’occasion de la manifestation du collectif pour la défense du collège Pier an Dall devant le siège du conseil départemental, le Président Coail a accepté de recevoir une délégation du collectif. Nos échanges furent un véritable dialogue de sourds sans empathie ni compréhension de la part de l’exécutif et l’ensemble de nos arguments furent balayés avec un certain cynisme. 

Quand nous parlions humain et social, on nous répondait chiffres et finances. Quand nous contestions les montants de rénovation bâtimentaire, en fournissant des données chiffrées et documentées par des professionnels du bâtiment, on nous parlait études provenant de cabinets d’experts, études dont on ne nous a évidemment rien montré. Quand nous parlions de bassins de vie différents entre Corlay et Saint Nicolas du Pélem, de familles qui se dirigeraient vers d’autres collèges plus proches de leur pôle d’attractivité, on nous répondait invariablement faible distance entre Corlay et St Nicolas du Pelem et nouvelle sectorisation. Nous ne pouvons accepter que l’on nous assène en permanence des chiffres sans une vision plus large remettant en perspective l’ensemble des enjeux spécifiques à notre territoire.                                Il n’est pas possible que quelques personnes s’appuyant sur des études ou données qu’elles se gardent bien de rendre publiques prennent une décision d’une telle importance, de façon aussi brutale, alors qu’on nous parle de reconstruction du collège de St Nicolas du Pélem pas avant l’horizon 2028-2029.                                                                                                                                                                         Où se situe l’urgence de fermer le collège de Corlay ?

                Aussi, Mesdames et Messieurs les conseillères et conseillers départementaux, nous souhaitons être force de proposition. Nous demandons d’abord que la procédure de fermeture du collège de Corlay soit suspendue en instituant un moratoire qui permette d’engager sereinement une large concertation impliquant l’ensemble des acteurs locaux. Nous avons des propositions pédagogiques concrètes à faire pour différencier nos petits collèges ruraux ; des propositions bâtimentaires concernant la rénovation énergétique ou celle de la cuisine. Pourquoi faudrait-il, dans un contexte de réduction de l’artificialisation des sols et de maitrise des ressources en matières premières toujours penser construction neuve ?  La redynamisation et la rénovation des petits collèges ne pourraient-elle pas être l’objet d’initiatives innovantes et originales plus spécifiques à notre ruralité ? Osons penser autrement plutôt que désespérer notre ruralité, car vous savez bien que la disparition des services publics essentiels en milieu rural s’accompagne inexorablement d’une montée de l’extrême droite ! Ne voyez dans cette affirmation aucun chantage, nous serions les premiers à pâtir d’une telle évolution.

Nous nous permettons enfin de rappeler que le maintien des services publics dans les territoires ruraux figurait dans vos professions de foi de 2021. Auriez-vous en 2021 assumé d’imprimer dans vos tracts de campagnes le projet de fermeture du collège de Corlay, l’auriez-vous défendu en réunion publique ? Si tel n’est pas le cas, peut-être s’agit-il d’une mauvaise décision.

En 2022, vous signiez une motion de soutien à l’hôpital de Guingamp. Les arguments de l’ARS contre lui sont rigoureusement les mêmes que ceux qui sont utilisés pour justifier la fermeture de notre collège : petite taille qui diminuerait la qualité du service rendu aux usagers, difficultés à recruter, autres établissements dans un périmètre géographique acceptable.

Chacune et chacun d’entre vous doit être conscient que voter la fermeture du collège de Corlay serait symboliquement, quel que soit votre ancrage territorial, un fardeau politique que vous porteriez pour longtemps.

Après sa victoire en 2021, Monsieur Coail, qui se félicitait à juste titre du recul de l’extrême droite, n’avait-il pas déclaré : « la majorité doit désormais mettre en place les engagements pris devant les électeurs ; le besoin d’un service public de qualité est ressorti avec force, le besoin de justice sociale aussi et l’impérieuse nécessité d’une transition écologique à la hauteur de la situation ».

Or à l’issue de notre entrevue au Conseil Départemental, le Président Coail a conclu l’entretien par une fin brutale de non-recevoir à notre proposition de construire ensemble un projet permettant le maintien d’un service public de qualité au service de la justice sociale, en affirmant :  Il y a le temps de la déception, puis de la digestion, et ensuite vous saurez rebondir !                                                                                                       

Nous avons tous très mal vécu ces propos qui nous ont affligés et sonnés.   

                                                                                                                                                                                  Sachez néanmoins que notre détermination reste entière et que nous ne lâcherons rien !

Mesdames et Messieurs les conseillères et conseillers départementaux, Aidez-nous à sortir de cette situation par le haut en vous opposant à cette fermeture brutale. Construisons ensemble l’avenir de nos territoires. Nous saurons vous accompagner.

Alors, le 3 juillet nous comptons sur votre soutien,

Le collectif de défense du collège Pier an Dall de Corlay